mercredi 07 août

Les visiteuses

poules a

poules b

poules c

il y en a un qui se retient !

Posté par atonnerre à 20:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


lundi 05 août

Oh punaises, qu'elles sont belles !

punaises a

punaises b

Posté par atonnerre à 20:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 26 juin

Plan anti-canicule pour les oiseaux

pour abreuver les oiseaux, j'ai sorti de mes réserves un plat à bonzaï trouvé chez Emmaüs pour quelques centimes

bain b

il est pas mal du tout, avec un beau craquelé, et j'ai obturé son trou avec un bouchon de liège taillé

bain a

ça fait un joli bain d'oiseaux

bain c

c'est pour les oiseaux Titus !

bain d

mais bon, je guette depuis la cuisine, et... zéro oiseau (pourtant la haie en est pleine)

Posté par atonnerre à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 24 juin

Ils sortent quand il pleut

bave a

bave b

bave c

or, il pleut, tandis que la canicule fait rôtir le reste de la France

Posté par atonnerre à 20:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 22 juin

Zut les taupes attaquent !

taupes a

taupes b

taupes c

Posté par atonnerre à 20:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


dimanche 09 juin

L'heure de la sieste

sieste a

sieste b

Posté par atonnerre à 14:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 06 juin

La visite du jour

animo 6 a

animo 6 b

Posté par atonnerre à 20:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 04 juin

Bronzant

lézard a

lézard b

lézard c

iris d'eau

Posté par atonnerre à 12:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 02 juin

Qu'est-ce que je vois ?

et en passant par l'esplanade dans l'après-midi, qu'est-ce que je vois sortant du garage ?

voilà qui m'a impressionnée, parce que moi, les serpents, venimeux ou pas, ils me font peur

j'en ai déjà vu il y a plusieurs années, sortant de nos bâtiments secondaires ou de taillis à l'entrée de la forêt

couleuvre

La couleuvre d’Esculape est le plus grand reptile d’Europe.

Inconnue dans le département de la Seine-Maritime, absente au Nord des départements de la Manche, du Calvados et de l’Eure, la couleuvre d’Esculape qui se complaît dans les broussailles, à la lisière des bois, en bordure de prairies, dans les anfractuosités de murs en ruine, voire dans les arbres ou les charpentes de bâtiments abandonnés, a élu domicile en Normandie méridionale, au sud d’une ligne allant de Granville à Pacy-sur-Eure.

Animal diurne, hibernant 5 à 6 mois l’année, la couleuvre d’Esculape, dont les plus beaux spécimens peuvent atteindre une longueur avoisinant un mètre cinquante, est aisément reconnaissable à son corps, mince et élancé, terminé par une queue effilée, à sa tête longue et fine, à son museau arrondi ainsi qu’à ses yeux dotés de pupilles rondes. Son corps luisant, de couleur brun vert olivâtre, plus ou moins prononcé, fréquemment piqueté d’un fin réseau de points blancs, recouvert d’écailles lisses et plates, contraste avec la couleur uniforme, jaune clair beige, de ses flancs et de son ventre recouvert d’écailles carénées.

Si cette espèce protégée, symbole de la biodiversité de nos territoires, dont la durée de vie peut dépasser 25 ans, se nourrit principalement de petits rongeurs, de mulots, de lézards, voire d’insectes, elle se montre bien plus encore friande d’œufs et d’oisillons nichés dans la voûte des arbres que ses exceptionnelles qualités de grimpeuse lui permettent de prélever avec une facilité déconcertante.

Bien que la couleuvre d’Esculape, réputée pour son caractère craintif et inoffensif, cherche le plus souvent son salut dans la fuite, à la moindre alerte, il lui arrive parfois d’affronter le danger, de mordre — même si ses morsures ne présentent a priori aucun danger pour l’homme — ou d’émettre une odeur pestilentielle, particulièrement désagréable, capable de mettre en déroute n’importe quel agresseur.

Posté par atonnerre à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

J'ai enfin réussi à le photographier (depuis la fenêtre de la laverie)

pivert

Espèce protégée, bien représentée sur la quasi totalité du territoire normand, le Pic vert, ou Picus viridis, communément appelé Pivert, est une espèce d’oiseau grimpeur de la taille et de la grosseur d’un geai ou d’un pigeon biset. Le Pic vert affectionne tout particulièrement les haies bocagères, les vergers, les feuillus en bordure de prairies ou en lisière de bois, voire les parcs et les jardins, où il peut nicher et trouver une nourriture abondante, en toutes saisons.

Oiseau diurne, au vol lourd et onduleux, alternant vols battus et vols planés, d’une envergure d’environ 40 centimètres pour un poids moyen oscillant entre 180 et 220 grammes, mesurant une trentaine de centimètres de la tête à la queue, le Pic vert, dont le cri s’apparente davantage à un ricanement qu’à un chant, est aisément reconnaissable à la couleur de son plumage vert et jaune, à son ventre gris-vert, à ses plumes de tête d’un rouge éclatant, à son bec puissant, masquant une langue longue, effilée et visqueuse, ponctué de part et d’autre d’une tache rouge et noire chez le mâle, entièrement noire chez la femelle.

Picus viridis, qui se nourrit principalement au sol, d’insectes et de fourmis, voire de graines, de baies ou de fruits, n’a pas son pareil pour grimper, par petits sauts, le long des troncs d’arbres, en prenant appui sur sa queue, et de s’y agripper grâce à ses griffes acérées, afin d’en extraire les verts blancs et les larves dissimulés sous l’écorce, d’y tambouriner le printemps venu pour attirer les femelles, ou d’y bâtir un nid.

Posté par atonnerre à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :