samedi 17 juin

Catalogue

Parce que je l'ai réclamé, j'ai enfin reçu le catalogue de la biennale textile de Rijswijk.

cata a

Un étrange objet je dois dire. Épaissi par le choix d'un papier cartonné comme ceux utilisés pour les livres pour enfants.
Je ne sais pas si mon anglais sera suffisant pour apprécier les textes concernant mes confrères.
Il est suffisant pour être consternée par le mien. Un truc inattendu, hanté par des bêtes. Une vision au ras des pâquerettes qui me surprend venue d'un historien de l'art.

cata b

Décidément, cette aventure hollandaise me laisse dépitée.

cata d

Avec l'autorisation de sa curatrice, voici le texte du catalogue de la biennale textile du Museum Rijswijk, écrit par Frank van der Ploeg.
Après s'être appesanti sur l'ordinaire de ma matière première, l'auteur s'est tapé un délire animalier qui m'a surprise venu d'un historien de l'art. A la manière du néophyte qui force à tout prix le jeu des ressemblances devant un travail non figuratif.
Et en assemblant mes photos pour reconstituer le texte en une colonne, je m'aperçois qu'il est écrit que "La Ligne" est de coton : c'est pas faute d'avoir insisté partout et tout le temps, en lin, elle est en lin !
Des mauvais, c'est des mauvais.

Posté par atonnerre à 22:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Le retour de la louve

LLa

LLb

LLc

Pichet coloquinte, signature à la louve de Louis Lourioux, trouvé dans une brocante parisienne tout à l'heure.
Mon 2e Lourioux après celui de cet automne
Le début d'une collection ?

LLd

d'après Wikipédia :
Louis Lourioux, 1874-1930, contemporain de Lalique et Gallé, célèbre pour ses grès et sa grande maîtrise des arts du feu.
Louis Lourioux commence à produire vers 1902 à Foëcy, en pleine période art nouveau. Imaginatif et créatif, il crée de superbes pièces de formes ou des décors inspirés par le monde végétal ou animal. Il s'oriente ensuite vers une production plus sobre avec des décors et des formes géométriques et art déco. Il sera très remarqué pour la qualité et la variété de ses émaux.
Imposé par son père comme associé dans la manufacture de porcelaine Buchon et Legros, Louis Lourioux en prendra la direction en 1924. Il va développer rapidement l'entreprise en créant des matières, des formes et des motifs originaux, alliant ingéniosité et maîtrise technique dans son laboratoire de recherche.
Il oriente rapidement sa manufacture vers une production plus artistique avec l'aide du décorateur Aristide Pipet. Ses productions feront partie des premières pièces remontées de l'épave du Titanic

Posté par atonnerre à 20:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]